affiche1Du 2 mars au 30 juin, la Mairie de Paris nous propose une exposition gratuite sur le cinéma et Paris (dépêchez-vous, plus qu’un mois !). Par le biais de photos, d'affiches, de dessins, d'extraits de films, de costumes et d'accessoires cette exposition propose un voyage dans Paris de la naissance du 7e art au cinéma d'aujourd'hui. Cette manifestation plonge le visiteur dans l'histoire de la capitale mais aussi du cinéma. Elle nous fait parcourir toutes les évolutions du septième art, du cinéma muet au cinéma contemporain et redécouvrir, à travers les films, les quartiers de notre Ville Lumière.

Paris mise sur sa place en tant que décor et surtout personnage de cinéma : Paris objet glamour, star du 7è art (essentiellement franco-américain), écrin parfait pour Audrey Hepbrun, Gene Kelly, Jeanne Moreau & cie. Du dessin animé ("Les triplettes de Belleville", "Renaissance") aux comédies musicales, de films d'action à la Nouvelle Vague, Paris sert alors de ville lumière. La ville est comme transcendée à travers quelques chefs d'oeuvre ou films pittoresques contribuant à renforcer son côté carte postale: le cinéma sert à confirmer cette image d'Epinal tout comme à être témoin des mutations de cette ville qui a bien changé entre "Hôtel du Nord" et "Ronin", entre "Fantômas" et "Buffet froid".

L'expo nous fait traverser le temps et la capitale, à travers des tournages (textes et photos), extraits de films, et résumés thématiques, du muet à "Da Vinci Code" en passant par tous les cinéastes hollywoodiens qui y ont posé leurs trépieds. C’est vraiment un parcours passionnant qui en audio (et gratuitement en plus) nous permet de réécouter Marlène Dietrich et nombre de dialogues et répliques cultes. Mais le plus intéressant est sans aucun doute cette série de montages, à la fin de l’expo, où le spectateur bien assis (vautré même !) s'en prend plein les yeux face aux trois écrans, surélevés. Six montages thématiques (Le Paris des amoureux, Les bistrots de Paris, Sur les toits de Paris, Les Parisiennes, Poursuites, La Tour Eiffel) permettent de créer des liens inconscients entre Eustache et Autant-Lara, Donen et Leconte, Truffaut et Besson, Lubitsch et Malle, Klapisch et Rivette, Buñuel et Jeunet. Dans cette ville où est né le cinéma, il était légitime de rendre hommage à un art qui l'a tant magnifiée.

paris_au_cin_ma

J’y suis allée samedi dernier (évitez le WE tant que possible, 1h d’attente, c’est long !) et ça m’a littéralement passionnée. Après Willy Ronis, cette ballade au cœur du cinéma dans la capitale est un must pour les amoureux du cinéma et de Paris, bien sûr ! Plus d’infos sur paris.fr

Pour finir, une très bonne nouvelle. Après le succès rencontré par les expositions Willy Ronis (500 000 visiteurs) et Paris au Cinéma (100 000 visiteurs en deux mois), la Mairie de Paris confirme son attachement aux artistes de notre temps. L’automne verra ainsi deux grandes personnalités mises à l’honneur, le dessinateur et journaliste Cabu ainsi que le photographe Robert Doisneau. J’ai hâte !

NB : à ne pas oublier du 27 juin au 11 juillet 2006 l’opération Paris Cinéma. Tous les ans, chaque première quinzaine de juillet, Paris cinéma propose à tous les publics une promenade festive dans Paris et le cinéma, au tarif unique de 4€ (à l’exception des séances gratuites). L’occasion de découvrir une programmation éclectique et toujours intéressante : avant-premières, hommages, rétrospectives, projections en plein air, rallyes… Le tout dans de nombreuses salles de la Capitale. Manque de bol, je serais absente cette année en juillet et je ne pourrais y participer. Allez y nombreux !