Hier soir à Bercy avait lieu le concert de Placebo pour la promotion de "Meds" leur dernier album dont je vous avais dit pas mal de bien ici(et dire qu’en 2003, j’avais raté celle de "Sleeping with ghosts", un album que j’avais vraiment beaucoup aimé, mais ça je vous en reparlerai une prochaine fois hein !).

Hier soir donc, 19h35, métro Place d’Italie… « le trafic sur la ligne 6 est très perturbé en raison d’un incident technique à la station Daumesnil ». Du coup, après 4 changements de lignes de métro (c’est mon record j’ai l’impression), des dizaines de marches d’escaliers à monter et un petit sprint sous la pluie ; nous arrivons enfin à Bercy. Il est 20h15 et la première partie est déjà commencée, c’est Émilie Simon et je ne peux vraiment en dire ni mal ni bien car vu l’état nerveux dans lequel je me trouvais, j’ai tout bonnement tenté de me calmer et quand ce grand moment fut arrivé, elle avait terminé son set.

emilie_simon

21h15 : les lumières s ‘éteignent, les écrans géants se lèvent pour laisser apparaître les instruments et quelques membres du groupe déjà en place. Quelques secondes plus tard, le public hurle et Brian Molko apparaît enfin, tout de blanc vêtu, crâne rasé et regard bleu psychédélique à souhait. Je vous avoue que j’avais un peu peur étant donné l’annulation du concert du 29 septembre à Lille à cause d’une grave inflammation de la gorge de Molko ; mais il n’en a rien été : nous avons eu droit à 1h45 d’un Placebo au plus haut de sa forme.

gros_plan_face  brian2 brian_final

Ce que j’ai aimé :
-3 chansons (non, je n’ai pas aimé QUE 3 chansons, j’aime toutes leurs chansons, ne me faites pas dire, ce que je n’ai pas dit ; je vous parle juste de celles qui m’ont marquée en live à ce concert en particulier !) : "Sleeping with ghosts", "Special K" et surtout "Without you, I’m nothing" qui a été une réussite totale tant dans l’émotion que dans le voyage dans une autre dimension (non, je n’exagère pas !)
-les fabuleux jeux d’écrans et de lumière selon l’intensité et le rythme de chaque chanson
-la merveilleuse "I know", inédite en live, issu de leur tout premier album (viii, ils fêtent leur 10 ans cette année)
-un final magnifique où l’on se laisse totalement emporter par la voix de Brian Molko sur "Running up that hill" reprise de Kate Bush qui figurait sur "Covers", "Twenty years" et surtout le génial "Taste in men".

brian_molko

En revanche, j’ai trouvé l’orchestration un peu lourde sur "Every you, every me" et le public très bourrin sur "The bitter end", qui comme vous pouvez le comprendre n’est pas ma chanson préférée ; c’est la chanson qui fait dire aux gens « ah oui je connais Placebo » alors que ce morceau est tout simplement un peu trop passe-partout et vendeur. J’ai trouvé aussi regrettable que Brian Molko, parfaitement bilingue je vous le rappelle, ne profite pas de ce petit plus pour créer une complicité ou au moins un contact avec le public… je pense que c’est plus une volonté de palier aux blancs, moment difficile entre les morceaux où les changements d’instruments se font à la vitesse de l’éclair. C’est vrai que Brian Molko est vraiment un interprète exceptionnel, il vit ses chansons, sa musique, comme s’il était habité à chaque mot, à chaque note ; on sent vraiment qu’il utilise la musique pour exorciser ses démons intérieurs.

Set-list du concert:
Infra Red
Meds
Because I Want You
Drag
Space Monkey
Soulmates
I know
Song to say goodbye
Follow the cops back home
Every you, every me
Special needs
One of a kind
Without you I’m nothing
Bionic
Blind
Special K
The bitter End
Running up that hill
Taste in Men
Twenty Years